• Infos pratiques

  • J23 – USON 38 vs 12 Colomiers / la compo

    Pro D2 – 22e journée
    Nevers – Colomiers, 38-12

    Le trône au bout de la rédemption

    SERMOISE-SUR-LOIRE – Vendredi 1er mars, 20 h – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Colomiers, 38-12 (24-0). Points-terrain : 5-0. Évolution du score : 5-0 ; 7-0 ; 12-0 ; 14-0 ; 17-0 ; 24-0 ; 29-0 ; 31-0 ; 31-5 ; 36-5 ; 38-5 ; 38-10 ; 38-12. Arbitre : Luc Ramos (Occitanie). Juges de touche 1, Thomas Chérèque ; de touche 2, Baptiste Abel Coindoz ; d’en-but 1, Damien Pscheidt ; d’en-but 2, David Gayoux. Arbitre 4 : Francis Giacomini. Arbitre 5 : Xavier Cazalas. Temps frais et sec, pelouse en excellent état, éclairage parfait. 6.838 spectateurs.

    Pour Nevers : 5 essais Genevois (8e’), Trainor (20e’, 58e’), de pénalité (40e’ + 4), Bonvalot (73e’) ; 5 transformations Henry (8e’, 21e’, 59e’, 75e’), de pénalité (40e’ + 4) ; 1 pénalité Henry (28e’). Cartons jaunes : Bastide (35e’), Ceyte (52e’).
    Pour Colomiers : 2 essais Voretamaya (69e’), Fajardo (76e’) ; 1 transformation Fajardo (76e’). Cartons jaunes : Thomas (27e’), Mémain (35e’), Dubois (40e’ + 3), Béco (52e’).

    Nevers : 15. Le Gal ; 14. Zébango, 13. Trainor, 12. Bolakoro (22. Derrieux, 56e’), 11. Bonvalot ; 10. Henry, 9. Berger (20. Urruty, 52e’) ; 7. Quercy (21. Jean-Baptiste Manevy, 54e’), 8. Fabrègue, 6. Bastide (cap) (19. Kazubek, 48e’) ; 5. Ceyte (18. Barjaud, 63e’), 4. Bradshaw ; 3. Roeloefse (23. Lolohea, 63e’), 2. Genevois (16. Elliot, 48e’), 1. Curie (17. Mataradze, 54e’). Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.
    Colomiers : 15. Jaminet (21. Larregain, 65e’) ; 14. Lagain (20. Kamea, 60e’), 13. Deysel, 12. Moefana, 11. Voretamaya ; 10. Fajardo, 9. Neveu (22. Cazenave, 54e’) ; 7. Thomas (23. Palma Newport, 40e’ + 4-49e’), 8. Browning (19. Chiappesoni, 38e’), 6. Béco (cap.) ; 5. Granouillet, 4. Mémain (18. Bezian, 54e’) ; 3. Pirlet (23. Palma Newport, 52e’), 2. Barlot (16. Saaïdia, 54e’), 1. Bordenave (17. Dubois, 38e’). Entraîneur principal et responsable des arrières Julien Sarraute, entraîneur des avants Fabien Berneau.

    Après deux sorties de route, à Carcassonne puis à Angoulême, et sans son facteur X Josaïa Raisuqe, suspendu, Nevers devait se racheter. Sur sa pelouse fétiche du Pré-Fleuri, il a relevé le gant. Sans se montrer flamboyant tout en étant quand même offensif, il a dominé des Columérins batailleurs à l’excès. Les autres résultats de cette compétition un peu folle ont redonné la première place aux Nivernais.

    Un Z comme Zébango
    Les Jaunets prirent les commandes à la huitième minute, après la troisième pénalité adressée aux visiteurs. Une touche proprement captée par Franck Bradshaw initia un maul dévastateur avec, au bout, l’essai collectif accordé à Jean-Philippe Genevois, et aisément transformé par Zack Henry.
    Appliqués en attaque tout autant qu’en défense, à l’image de Jean-Yves Zébango, Hugues Bastide et ses coéquipiers enfoncèrent le clou en s’appuyant sur ce second secteur. Une offensive columérine fut manquée par le pourtant talentueux Kylian Jaminet. L’offrande tomba dans les bras de Conor Trainor, dans les 22 locaux, et les jambes du Canadien firent le reste.

    La mêlée récompensée
    Un premier carton jaune reçu par Jean Thomas (accumulation de fautes) fut converti, d’abord, par une pénalité d’Henry, puis par une supériorité neversoise dans tous les domaines. D’autant que Brandon Fajardo ne trouva pas la cible, peu après la réussite de l’ouvreur anglais.
    Sans Bastide ni Romain Mémain, à leur tour exclus temporairement, la fin de cette première période fut prolongée de quatre minutes, le temps nécessaire à la mêlée neversoise pour faire craquer sa rivale (nouveau jaune contre Colomiers) au point de conduire l’arbitre entre les perches pour un essai de pénalité.

    Henry-Trainor, duo de choc
    Une biscotte pour Aurélien Béco et une pour Thomas Ceyte parasitèrent encore la partie, à la 52e’. Puis le jeu reprit ses droits, Trainor signant un doublé en conclusion d’une percée d’Henry. Dos aux panneaux publicitaires, le chef d’orchestre azur et or transforma sous les vivats du public.
    Ce dernier, après avoir vu avec stupeur le corps arbitral accorder l’essai de l’ailier Venione Voretayama, qui aplatit le ballon avant la ligne, pu exulter à nouveau lorsqu’une pénaltouche lança le tank Hugo Fabrègue dans la défense de Haute-Garonne. Servi au millimètre par Trainor, Stéphane Bonvalot pointa le cinquième essai des Jaunets. Toujours du bord de touche, côté gauche cette fois, le bombardier britannique soigna ses statistiques.

    Relâchement
    A 38-5 et moins de dix minutes à disputer, les Nivernais lâchèrent un peu la bride, ce dont profitèrent les banlieusards toulousains. Fajardo se trouva à la conclusion d’une offensive pas assez surveillée par la défense locale. Cette dernière dût d’ailleurs s’employer après la sirène pour conserver son bonus. Un en-avant de Romain Bézian, à quelques mètres de l’en-but, constituant un dernier soulagement.

    Ovalien Dupré