• Archives de la Catégorie Bléssés
  • Le joker médical de Jonathan Garcia est arrivé à l’USON Nevers

    Depuis la blessure à un genou de Jonathan Garcia
    avec la sélection espagnole
    l’USON Nevers s’était mise en quête d’un joker
    médical au poste de pilier droit. Il a été trouvé.

    Georges-Henri Colombe, 19 ans (il est né le 9 avril 1998), est arrivé à l’USON Nevers pour disputer la fin de saison de Pro D2, en tant que joker médical de Jonathan Garcia.

    Fin de saison pour Jonathan Garcia

    Le solide pilier droit (1,93 m pour 133 kg) est prêté par le Racing 92 (Top 14) pour les six dernières journées de la saison. S’il ne jouera pas contre Perpignan, vendredi 2 mars, il pourrait être du voyage à Bayonne une semaine plus tard.

    On lui promet un grand avenir en Top 14, il est programmé pour jouer au plus haut niveau.

    Colombe, originaire de Nanterre, a signé un contrat espoirs cet été avec le club francilien. Il a fait la préparation estivale avec le groupe professionnel et a pu entrer en jeu lors des deux premières journées de Top 14 cette saison, contre Castres puis à Agen. Depuis lors, il joue avec l’équipe espoirs du Racing 92, qui est cinquième de la poule A. 

     

    International chez les jeunes

    Il a fréquenté les équipes de France de jeunes (des U17 aux U20), avec une Coupe du monde des moins de 20 ans à son actif, l’été dernier en Géorgie. Son potentiel, avec un gabarit au-dessus de la moyenne, est surveillé de près par la FFR

    « On lui promet un grand avenir en Top 14, il est programmé pour jouer au plus haut niveau. Le Racing ne l’utilisait pas beaucoup et a été d’accord pour le prêter. Ce qui leur permettra aussi de le voir évoluer dans un contexte plus relevé que le championnat Espoir, explique Xavier Péméja, le manager neversois. Il aura l’occasion de montrer des choses avec nous. »


  • Des retours de joueurs blessés à l’USON pour le match contre Auch

    L’infirmerie de l’USO Nevers se vide petit à petit. Exempte ce week-end, elle devrait récupérer quelques éléments pour le prochain match, dimanche 27 novembre, contre Auch et Pré-Fleuri.

    Handicapée par de nombreuses blessures depuis le début de saison, l’USON, en tête de la poule d’accession à la Pro D2, devrait récupérer du monde pour son prochain match, la réception d’Auch, dimanche 27 novembre, à 15 h 30.

    Anthony Rochet a été opéré, hier, des cervicales

    Le staff neversois, qui a dû pas mal bricoler depuis le début de saison, va disposer de davantage de choix pour le troisième bloc de rencontres, qui verra l’USON recevoir Auch, se déplacer à Massy puis à Chambéry. À commencer par la troisième ligne neversoise, qui devrait enregistrer plusieurs retours. L’ancien Lyonnais Eugène N’Zi, l’une des têtes d’affiche du recrutement neversois, qui n’a pas encore pu jouer cette saison en championnat en raison d’une blessure aux cervicales, a repris l’entraînement avec le groupe. Jean-Baptiste Manevy (cheville) et Julien Kazubek (doigts), tous deux auteurs d’un début de saison convaincant, vont également postuler pour affronter les Auscitains.

    Horacio San Martin (ligaments croisés) n’a pas encore joué cette saison et devra encore se montrer patient.

    En première ligne, le talonneur Anthony Maury (biceps) devrait être à nouveau opérationnel. Pour le pilier gauche Thomas Pretkowski (côte cassée), sa participation est encore incertaine. Au niveau des droitiers, Anthony Rochet a été opéré hier, à Lyon, d’une hernie cervicale, et sera absent au minimum deux mois. Pour Emiliano Coria-Marchetti, victime d’une fracture tibiale en début de saison, l’heure du retour à la compétition n’est pas encore venue. En deuxième ligne, Thibaut Lombard a repris le travail avec les préparateurs physiques.

     

    Sur les lignes arrière, l’ouvreur Nicolas Vuillemin (adducteurs) doit reprendre l’entraînement avec le groupe, après avoir observé six semaines d’arrêt. Au centre, Mikael Drouard (pubalgie) pourrait reprendre dans la semaine aussi, comme l’ailier Stéphane Bonvalot (biceps). Horacio San Martin (ligaments croisés) n’a pas encore joué cette saison et devra encore se montrer patient. Andrzej Charlat, victime d’une fracture d’une main à Saint-Nazaire, ne sera pas non plus opérationnel pour recevoir Auch.


  • Incontournables, valeurs sûres, jokers, promesses… Revue d’effectif de l’USON Rugby

    Trente-six joueurs neversois ont porté le maillot de l’USON cette saison en Fédérale 1. Revue d’effectif après sept matches de championnat.

    Entre blessures, suspensions ou absences dues à la Coupe du monde, les entraîneurs de l’USON ont utilisé trente-six joueurs depuis le début de saison. Une équipe s’est dégagée sur le bloc des trois derniers matches. Si cette revue d’effectifs n’augure en rien de la suite du championnat, elle a laissé entrevoir quelques joueurs indispensables.

    1 Les incontournables. Ils sont neuf à avoir disputé les sept matches de championnat cette saison, que ce soit en tant que titulaire ou remplaçant. Deux ont débuté tous les matches, Stéphane Bonvalot et Thibault Duvallet (voir ci-dessus). En première, le pilier droit Mehdi Merabet a commencé six matches et s’est imposé pour sa première saison à l’USON. Autant que Jérémy Colombat, infatigable au talonnage. En deuxième ligne, Yohann Carpentier n’a pas été ménagé, avec cinq titularisations et sept rencontres jouées. Trois joueurs de troisième ligne sont apparus sur toutes les feuilles de match : Siméon Geldenhuys et Hugo Fabrègue qui se relaient dans le couloir, et Jack Whetton, déjà indispensable avec six titularisations. Au centre de l’attaque, Julien Mazet a profité du décalage à l’aile d’Horacio San Martin pour s’imposer (sept matches dont cinq titularisations).

    2 Les tauliers. Deux joueurs ont porté le brassard de capitaine cette saison. Bertrand Aurignac a commencé les cinq premiers matches, avant de se blesser au genou droit contre Auch. Il espère revenir pour fin mars. C’est Mickaël Drouard qui l’a suppléé au capitanat. Son influence, son expérience et ses prestations ont déjà beaucoup apporté à l’USON pour sa première saison dans la Nièvre. Il n’a manqué qu’un seul match, suspendu contre Rodez. Il n’a joué que trois matches, de retour de la Coupe du monde, mais il assume son statut de titulaire à l’arrière : Fa’atoina Autagavaïa, avec un triplé face à Blagnac, fait partie des cadres.

    3 Les valeurs sûres. Les deux piliers gauches qui ont le plus joué, David Vaudaine, trois fois titulaire, puis Kenan Mutapcic, ont été contrariés par des blessures cette saison. David Gonzalez a montré qu’il pouvait remplacer numériquement Bertrand Aurignac, remarquable dans le combat lors de ses trois titularisations. La recrue clermontoise en troisième ligne, Julien Kazubek a trouvé sa place dans l’équipe, titulaire dans trois des quatre premiers matches, avant de se blesser à Rodez. À la mêlée, Geoffrey Lanne-Petit a fait son trou après deux saisons pendant lesquelles il n’avait pas saisi sa chance, profitant aussi de la blessure d’Auvasa Faleali’i. À l’ouverture, Nicolas Vuillemin a fait du bon travail quand Duvallet était décalé à l’arrière. La polyvalence d’ Horacio San Martin, centre, ailier voire arrière rend de nombreux services au staff. C’est également valable pour Rudy Derrieux. L’ailier Baptiste Chevalier apporte des garanties mais il doit encore progresser dans sa capacité à finir les actions.

    4 Les jokers. Ils n’ont pas connu plus d’une titularisation cette saison, perturbés par des blessures une méforme ou, pour certains, la couleur de leur licence. C’est le cas du pilier gauche Romain Frou, qui sort d’une saison compliquée au Stade Français mais qui semble monter en puissance. Son homologue à droite, Tomas Gilardon Paz a plutôt bien relayé Mehdi Merabet en cours de match. Comme Anthony Maury, reconverti au talonnage, qui est entré cinq fois en jeu. En troisième ligne, Mariano Vitale et Manaïa Salavea, n’ont pas encore connu leur rendement habituel et ont peu joué. Sandile Nxumalo, en cours de partie, est capable de changer la physionomie d’une rencontre.

    5 Les jeunes qui poussent. Celui qu’on n’attendait pas, et qui ne fait pas partie du groupe professionnel, s’appelle Thomas Tarrit, 19 ans. Le troisième ligne aile a débuté les trois dernières rencontres de championnat, à commencer par le match au sommet face à Auch et prouvé qu’il avait les capacités d’évoluer à ce niveau. Les deux jeunes piliers Marc Simonnet et Anthony Rochet pointent le bout de leur nez pour tenter de bousculer la hiérarchie. Thibaut Lombard est déjà une alternative crédible en deuxième ligne mais a connu plusieurs problèmes physiques. Jean-Baptiste Manevy est entré en jeu lors des deux derniers matches de l’USON. Un temps de jeu assez proche de celui du trois-quarts centre Lucas Liabot, qui s’est surtout affirmé comme un cadre de la réserve.

    6 Les promesses. On ne les a pas ou peu vus cette saison mais ils peuvent nourrir de belles promesses. À commencer par Iseï Colati, qui, sur son entrée en jeu contre Blagnac, a déjà montré une énorme envie. Opéré des genous cet été, Hugues Bastide n’a joué qu’une seule rencontre en Fédérale 1, mais s’il retrouve sa forme de la saison dernière, il sera une vraie plus-value pour le groupe. Le nouveau demi de mêlée samoan de l’USON, Auvasa Faleali’i a montré de belles dispositions avant de se blesser à un pied, et dispose d’un profil différent par rapport aux autres prétendants du poste. Le talonneur Seilala Lam nourrit quelques attentes chez les supporters et pourrait être présent pour les prochaines rencontres. On peut aussi évoquer le nom de Bryan Lee Van Niekerk, l’ailier sud-africain qui flambe avec l’équipe réserve. Au même poste, Viliame Maya, a prouvé en présaison qu’il est toujours un finisseur hors pair mais ses pépins physiques ne l’ont pas laissé tranquille depuis le début de l’exercice.