• Archives de la Catégorie Equipe Fed1
  • Dernier match de la saison régulière USON 25 / 19 MASSY

    Sermoise-sur-Loire, dimanche 9 avril (Ovalien Dupré). _ Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Massy, 25-19 (18-19). Évolution du score : 3-0 ; 8-0 ; 8-7 ; 8-12 ; 8-19 ; 15-19 ; 18-19 ; 25-19.
    Pour Nevers : 3 essais Bonvalot (15e’), Fabrègue (38e’), Chevalier (42e’) ; 2 transformations (38e’, 42e’) et 2 pénalités (4e’, 40e’) Duvallet. Carton blanc : Visagie (77e’). Carton jaune : Fabrègue (22e’).

    Pour Massy : 3 essais Mendes (19e’), Delhommel (23e’), Leota (30e’) ; 2 transformation (19e’, 30e’) Grimoldby. Carton jaune : Cazac (39e’).
    Nevers – 15. Duvallet ; 14. Chevalier, 13. San Martin (cap.), 12. Drouard (21. Derrieux, 73e’), 11. Bonvalot (22. Maya, 71e’) ; 10. Urruty, 9. Bruzulier ; 7. Bastide (19. N’Zi, 51e’), 8. Fabrègue, 6. Briatte (7. Bastide, 66e’) ; 5. Gonzalez (18. Salavea, m.-t.), 4. Vallejos ; 3. Merabet (23. Coria Marchetti, 59e’), 2. Maury (16. Visagie, 56e’-79e’), 1. Colati (17. N’diaye, 55e’). Non utilisé : 20. Vuillemin. Manager général : Xavier Péméja assisté de Sébastien Fouassier (avants) et Guillaume Jan (arrières).

    Massy – 15. Dumas ; 14. Mendes, 13. Sella (20. Delage, 24e’), 12. Ratinaud (21. N’Gandebe, 56e’), 11. Leota (16. Chellat, 60e’) ; 10. Grimoldby (22. Girard, 63e’), 9. Coudol ; 7. Ancely (19. Danton, 63e’), 8. Gorcioaia, 6. Dessassis (cap.) ; 5. Chauveau (18. Maréchal, 65e’), 4. Cazac ; 3. Currie (23. Oleon, 52e’), 2. Delhommel (17. Denoyelle, m.-t.), 1. Soave. Entraîneurs : Didier Faugeron assisté de Benoît Larousse (avants) et Stéphane Gonin (arrières).

    Avant de se lancer dans la bataille des phases finales et d’affronter Aix-en-Provence (ou Tarbes, si ce dernier obtient gain de cause auprès du tribunal de Versailles et devient éligible pour la Pro D2), Nevers a fait montre d’une jolie force de caractère pour conserver son invincibilité au Pré-Fleuri.
    La dernière défaite des Neversois sur leur herbe, en compétition officielle, remonte au 23 février 2014. C’était Massy qui avait fermé le ban. Et qui n’était pas revenu dans la Nièvre pour pavoiser, même s’il retrouvera le deuxième niveau national, la saison prochaine. On comprit très vite que les Essonniens désiraient poursuivre sur leur lancée de 2017, où personne n’avait réussi à les battre.
    Après l’ouverture du score par Thibault Duvallet, les Massicois allèrent en pénaltouche, délaissant une pénalité aisée, face aux perches. Mais le lancer fut manqué et le cuir rattrapé par les mains de Baptiste Chevalier.

    Interception assassine

    Bien entrés dans le match, les Jaunets inscrivirent le premier essai, Stéphane Bonvalot terminant dans l’en-but une prise d’initiative d’Horacio San Martin.
    Opiniâtres, les visiteurs reprirent une pénaltouche, à la 19e’, avec, cette fois-ci, l’essai de l’ailier Mendes, caché au milieu du paquet.
    Nevers prit un deuxième coup sur la tête lorsque, après une échauffourée, Hugues Bastide récolta un carton jaune alors qu’aucun Massicois ne fut puni, Clément Ancely n’y allant pourtant pas de main morte. A un de moins, Massy repassa les plats et la pénaltouche sourit au talonneur Delhommel. On crût même que les Franciliens firent le plus dur lorsque Iese Leota intercepta une offensive locale proche de la ligne et fila inscrire un essai assassin. La transformation de Louis Grimoldby porta les visiteurs nettement devant, 8-19 (30e’).

    Fabrègue au ras, Chevalier au large

    La fin de première période redonna espoir au camp azur et or. Hugo Fabrègue concrétisa un bon travail des avants et Duvallet, qui avait transformé cet essai, réussit, de 40 mètres face, un but ramenant les Jaunets à un souffle (18-19 à la pause).
    L’acidité des citrons galvanisa les Bourguignons. Bonvalot gratta un ballon, côté gauche, et le cuir vola jusqu’à l’aile droite. San Martin perça et tapa un long coup de pied à suivre destiné aux jambes de feu de Chevalier. Cet essai en coin, transformé par Duvallet, remit le facteur sur le vélo. On ne se doutait pas, à ce moment-là, que le score venait d’être scellé !

    Certitude

    La seconde mi-temps fut, en effet, beaucoup moins enlevée que sa devancière. Les traditionnels changements hachèrent le jeu et le préposé au tableau d’affichage se retrouva au chômage.
    Massy tenta bien quelques mouvements offensifs de belle facture mais les Neversois défendirent leur ligne bec et ongles.
    Si ce nouveau succès n’a pu leur apporter la deuxième place, Bourg, dans le même temps, s’imposant à Aubenas, il aura eu le mérite, une fois encore, de montrer aux Azur et or qu’ils sont redoutables sur leur pelouse. Ça pourra compter au moment d’arracher le dernier ticket pour la Pro D2.