• Archives de la Catégorie Recrues
  • Le joker médical de Jonathan Garcia est arrivé à l’USON Nevers

    Depuis la blessure à un genou de Jonathan Garcia
    avec la sélection espagnole
    l’USON Nevers s’était mise en quête d’un joker
    médical au poste de pilier droit. Il a été trouvé.

    Georges-Henri Colombe, 19 ans (il est né le 9 avril 1998), est arrivé à l’USON Nevers pour disputer la fin de saison de Pro D2, en tant que joker médical de Jonathan Garcia.

    Fin de saison pour Jonathan Garcia

    Le solide pilier droit (1,93 m pour 133 kg) est prêté par le Racing 92 (Top 14) pour les six dernières journées de la saison. S’il ne jouera pas contre Perpignan, vendredi 2 mars, il pourrait être du voyage à Bayonne une semaine plus tard.

    On lui promet un grand avenir en Top 14, il est programmé pour jouer au plus haut niveau.

    Colombe, originaire de Nanterre, a signé un contrat espoirs cet été avec le club francilien. Il a fait la préparation estivale avec le groupe professionnel et a pu entrer en jeu lors des deux premières journées de Top 14 cette saison, contre Castres puis à Agen. Depuis lors, il joue avec l’équipe espoirs du Racing 92, qui est cinquième de la poule A. 

     

    International chez les jeunes

    Il a fréquenté les équipes de France de jeunes (des U17 aux U20), avec une Coupe du monde des moins de 20 ans à son actif, l’été dernier en Géorgie. Son potentiel, avec un gabarit au-dessus de la moyenne, est surveillé de près par la FFR

    « On lui promet un grand avenir en Top 14, il est programmé pour jouer au plus haut niveau. Le Racing ne l’utilisait pas beaucoup et a été d’accord pour le prêter. Ce qui leur permettra aussi de le voir évoluer dans un contexte plus relevé que le championnat Espoir, explique Xavier Péméja, le manager neversois. Il aura l’occasion de montrer des choses avec nous. »


  • Rugbyer Rijk Gombault

    vu sur RF:

    Un néérlandais chez les espoirs :

    https://www.ijmuidercourant.nl/nieuws/rugbyer-rijk-gombault-buffelen-de-bourgogne-0

    Les étrangers viennent à Nevers pour visiter le monastère local. Ici se trouve la sainte Bernadette Soubirous . Rijk Gombault va dans cette ville au milieu de la France pour une autre raison. . Le Bloemendaler de 20 ans  ne va pas en France pour faire le touriste, mais pour réaliser son rêve.
    Gombault ne veut que du rugby à plein temps. Dès le moment où il a connu le rugby  à  neuf ans grâce à la carte municipale de sport pour jeunes , au RFC Haarlem, il a été mordu.
    Il a fait pendant un certain temps du baseball au DSS, mais il n’a pas fait beaucoup d’effort pour choisir. « Si vous  laisser tomber une balle importante au baseball, ils  disent » idiot, qu’est-ce que tu fais?  » Si vous manquez un plaquage au rugby, un membre de l’équipe le  rattrapera pour vous. Cette mentalité me va beaucoup mieux.  »
    Gombault a rapidement rejoint les juniors de RFC Haarlem. Il n’a pas fallu longtemps pour que les selections aux équipes juniors d’Orange surviennent. Sa posture impressionnante combinée à sa vitesse ont fait  impression.
    Après sa dernière année junior (Colts) au Van der Aart Sport Park, Gombault a décidé de partir. Malgré les grandes ambitions de Haarlem, la première équipe joue encore en deuxième année, un niveau auquel il n’avait rien à prouver
    Pour s’améliorer, il fallait continuer. Il a signé a The Bassets, une équipe  de Sassenheim (1 ère division des Pays-Bas). Sans effort, Gombault a joué dans l’équipe de l’entraîneur Phil Leck.
    Mais Gombault n’a pas encore progressé. Il a dû aller en Afrique du Sud, à l’académie où des talents du monde entier étaient préparés pour le rugby professionnel. L’hiver dernier, il est allé à Stellenbosch pour se plonger pendant cinq mois dans un régime  d’entraînement très dur. « J’ai eu l’idée que je devais le faire maintenant. Si vous avez 23 ans, il est trop tard.  »
    Avec ses cent kilos et près de deux mètres , Gombault aux Pays-Bas était toujours le plus grand et le plus fort sur le terrain. « En Afrique du Sud, j’étais dans la moyenne. Ils sont de vrais animaux et ils aiment beaucoup se battre.  »
    L’Académie des sports de Stellenbosch (SAS) était l’école d’apprentissage idéale pour Gombault, qui avait tendance à être trop nonchalant dans ce domaine. Il est devenu tellement mieux qu’ Ernst Joubert, un ex-professionnel  dans l’équipe anglaise des  Sarracens et un des dirigeants  du SAS, l’a recommandé à un collègue en France.
    Peu de temps après, Gombault entra en voiture à Nevers à cinq heures du matin. Un voyage de huit heures . Le même après-midi, il s’entraînait pour la première fois.
    En Bourgogne, Gombault fut impressionné par le physique de ses coéquipiers. Avec la bouche ouverte, il regarda l’Italien Daniele Seminario . « C’est une tête de moins que moi, mais  138 kilos. Un  Tank !.  »
    Gombault a impressionné les dirigeants du club qui n’ont pas hésité à lui proposer un contrat immédiatement. C’est ce qu’il a toujours voulu. Il pourra  prouver en saison à l’équipe de formation de Union Sportive Nevers.
    Ne vous attendez pas à voir pour Gombault des montants comme pour Tim Visser ( Tim Jan Willem Visser, né le 29 mai 1987 à Zeewolde (Pays-Bas), est un joueur de rugby à XV néerlandais évoluant au poste d’ailier avec l’équipe des Harlequins et l’équipe nationale d’Écosse).. En plus de l’hébergement, il reçoit deux cents euros par mois. « Ce n’est que lorsque je serai capable de jouer en  équipe première que je pourrai avoir un bon salaire. Ces joueurs reçoivent en moyenne environ 8 000 $ par mois (6700 €)  »
    La concurrence est élevée, le nombre de places limités. « et le nombre d’étrangers est réduit chaque année pour protéger le rugby français.
    Son parcours est suivie de près par l’entraineur Gareth Gilbert. Gombault correspond au profil des joueurs avec lesquels l’entaîneur Sud-Africain des Pays-Bas veut réaliser ses ambitions avec les « Orange ».
    Gilbert est ravi de voir comment plus de jeunes rugbymen néerlandais ne voient plus leur sport comme un passe-temps, mais en tant que sujet principal. L’objectif de Gilbert est de participer à la Coupe du Monde en 2023.