• Le collectif de l’USON a repris le chemin de l’entraînement, entre anciens et nouveaux

    Une trentaine de joueurs de l’USO Nevers ont repris le ballon en main, mercredi, sur le stade annexe du Pré-Fleuri, pour préparer la nouvelle saison. Les recrues y étaient intégrées.

    Au lieu du traditionnel jaune et bleu, les couleurs hier étaient surtout orange et vert, celles des chasubles des joueurs de l’USON Rugby.

    Sur le synthétique, les lignes avant et arrière ont repris le ballon en main, en intégrant au jeu les nouvelles recrues. Déjà, dans le staff, une nouvelle voix martelait ses consignes : Sébastien Fouassier, chez les avants. Pour les arrières, Guillaume Jan reprenait le travail avec la saison passée derrière lui : « Il faut repartir sur autre chose. C’est une nouvelle saison qui démarre ».

    Intégration des nouveauxUne saison avec de nouvelles têtes, qui ont commencé leur intégration dans le groupe. Julien Kazubek, Anthony Rochet, Tony Fenner, Hugo Fabrègue, Mehdi Merabet, Romain Frou et Mickaël Drouard étaient notamment présents. « Il manquait Jack Whetton qui va arriver rapidement, et Auvasa Falealii courant juillet, tous les deux pour des raisons de visa », explique Guillaume Jan.

    Après des exercices collectifs, Hugo Fabrègue (3 e ligne), un peu taquin avec Mehdi Merabet (pilier), sortent satisfaits de la séance. « Tout est bien cadré », raconte l’ex-Limougeaud de 22 ans. « Il y a pas mal de jeunes (sourires vers Mehdi Merabet, 30 ans) et on est aidé si on est en difficulté. Le projet est ambitieux et cela me convient aussi bien personnellement que professionnellement. Mon but est de faire partie de l’équipe qui fera monter Nevers en Pro D2. » Même son de cloche chez le « trentenaire » : « J’ai évolué dans des clubs professionnels et Nevers a les infrastructures qui s’en rapprochent. C’est idéal pour travailler. Pour l’instant, l’entraînement permet de se connaître, de se motiver car il n’y a pas encore d’oppositions. La perspective de la Pro D2 est ce qui m’a motivé. J’étais là pour la demi-finale contre Lille. J’ai vu les gars pleurer. J’ai la volonté d’écrire une page de l’histoire du club ».

    Dans le dur tout de suite contre La RochelleLes Usonistes vont d’emblée entrer dans le vif du sujet avec comme premier match de préparation (lire par ailleurs) une opposition contre La Rochelle, équipe de Top 14. C’est pourquoi la préparation physique est primordiale.

    En retrait, Brice Jaffuel, le préparateur, garde les yeux rivés sur ses joueurs, anciens comme nouveaux. Pour les recrues, tout un travail est à faire. Pour les autres, une mise à jour s’impose. « Il faut établir un profil de chaque joueur en fonction des bilans médicaux et de la kiné pour déterminer un profil : avec ses caractéristiques et ses déficiences, articulaires ou musculaires. On y apporte alors les éléments dont il a besoin sur les efforts de compensation et de développement. Un travail de prévention est effectué pour anticiper les risques de blessures. Le but est d’écarter les pathologies et de n’avoir que de la « bobologie » ! »


  • l’ancien entraîneur d’Aubenas-Vals, Sébastien Fouassier, rejoint l’Uson

    Sébastien Fouassier, 31 ans, est le nouvel entraîneur des avants neversois. Il a fait ses preuves à Aubenas-Vals et avait signé à Romans où l’USON est allée le chercher.

    C’est officiel. Sébastien Fouassier, 31 ans, rejoint le staff de l’USON où il sera l’entraîneur des avants. Il succède dans cette fonction à Julio Cesar Garcia et travaillera avec Jean Anturville (entraîneur général) et Guillaume Jan (entraîneur des lignes arrière).

    L’arrivée de l’ancien entraîneur des avants d’Aubenas-Vals (Fédérale 1) est une surprise. L’ex-talonneur, qui a mis un terme à sa carrière de joueur à 28 ans après une série de blessures, s’était engagé depuis la mi-mars avec l’Union sportive romanaise et péageoise (le club de Romans-sur-Isère, Fédérale 1), dont il devait être l’entraîneur général. Tout en poursuivant son travail au RC Aubenas-Vals, qui a échoué d’un rien, en quart de finale contre Aix-en-Provence (*), il a d’ailleurs bouclé le recrutement des “damiers” pour la saison prochaine.

    Si Régis Dumange l’a sollicité et a convaincu son homologue de Romans de le laisser partir, c’est parce qu’on a beaucoup entendu parler du pack ardéchois. Les avants du RACV, qu’il a entraînés pendant trois saisons, ont dominé tous leurs vis-à-vis cette saison, particulièrement en mêlée. Sébastien Fouassier vient donc à Nevers pour faire aussi bien, afin que l’USON accède enfin à la Pro D2 la saison prochaine. S’il n’a pas vu jouer l’USON, il ne sera pas dépaysé à Nevers. Il est né à Cosne-sur-Loire et toute sa famille de vigneron est installée à Sancerre.