J30 – USON 28 vs 26 Aurillac

Pro D2 – 30e journée
Nevers – Aurillac, 28-26

Jaunets qualifiés, Cantaliens sauvés

SERMOISE-SUR-LOIRE – Dimanche 5 mai, 14 h 30 – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Aurillac, 28-26 (9-14). Points-terrain : 4-1. Évolution du score : 0-3 ; 3-3 ; 3-8 ; 6-8 ; 9-8 ; 9-11 ; 9-14 ; 14-14 ; 16-14 ; 21-14 ; 21-17 ; 21-20 ; 21-23 ; 26-23 ; 28-23 ; 28-26Arbitre : Mathieu Delpy (Île-de-France). Juges de touche 1, Alexis Darche ; de touche 2, Ghyslain Elias ; d’en-but 1, Alexandre Boissay ; d’en-but 2, Roberto Sanchez. Arbitre 4 : Quentin Janicot. Arbitre 5 : Vincent Dathie. Temps frais, variable, pelouse en excellent état, éclairage satisfaisant. 7.500 spectateurs.

Pour Nevers : 3 essais Naqiri (43e’), Cotte (45e’), Zébango (65e’) ; 2 transformations (43e’, 65e’) et 3 pénalités (4e’, 14e’, 20e’) Le Gal.
Pour Aurillac : 1 essai McPhee (8e’) ; 3 pénalités Segonds (2e’), Salles (36e’, 74e’) ; 4 drops Segonds (40e’ + 1, 52e’, 58e’, 63e’). Carton jaune : Tsutskiridze (42e’).

Nevers : 15. Le Gal ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Derrieux (22. Herry, 69e’), 11. Zébango ; 10. Urruty, 9. Berger ; 7. Cotte, 8. Fraser (20. Fabrègue, 50e’), 6. Quercy (cap.) (8. Fraser, 77e’) ; 5. Ceyte (18. Bradshaw, 8e’), 4. Barjaud (19. Kazubek, 54e’) ; 3. Roeloefse (23. Lolohea, m.-t.), 2. Elliot (16. Genevois, m.-t.-57e’), 1. Mataradze (17. Sénéca, m.-t.). Non utilisé : 21. Bessaguet. Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.
Aurillac : 15. McPhee ; 14. Salles, 13. Colliat, 12. Sagote, 11. Coertzen ; 10. Segonds, 9. Boisset (cap.) ; 7. Tsutskiridze (19. Hewat, 57e’-65e’ ; 66e’), 8. Maïtuku, 6. Saginadze ; 5. Roussel, 4. Algans (18. Javakhia, 66e’) ; 3. Ojovan (23. Alves, 67e’), 2. Smith (16. Rude, 67e’), 1. Seyrolle (17. Amrouni, 67e’).  Non utilisés : 20. Rouquette, 21. De Wet, 22. Waqaliva. Entraîneur des avants André Bester, entraîneur des arrières Thierry Peuchlestrade.

Nevers jouera à Jean-Dauger ! La saison n’est donc pas terminée pour les Jaunets qui ont acquis le droit de la prolonger à Bayonne (samedi, à 20 h 45), à l’issue d’un match à l’image de leur saison, à moitié raté, à moitié réussi, un peu fou, crispant et enthousiasmant.
La donne était claire pour les Neversois, ils se devaient de faire mieux que les Biterrois, en déplacement à Bourg-en-Bresse, pour prendre part aux phases finales. De leur côté, les Aurillacois avaient tout intérêt à récolter ne serait-ce qu’un point, histoire d’éviter une comparaison arithmétique avec les Burgiens, défavorable en cas de victoire bonifiée de ces derniers…

McPhee en profite
Crispés par l’enjeu, les Bourguignons ne rentrèrent pas dans la partie comme l’exige ce genre de défi. Si Loïc Le Gal avait rapidement répliqué à Joris Segonds, ce furent bien les visiteurs qui prirent les choses par le bon bout. Une erreur grossière de défense de Josaïa Raisuqe permit à l’inusable Jack McPhee de se trouver à l’initiative et à la conclusion d’une offensive passée le long de la ligne de touche. Curieusement, Segonds manqua la transformation de cet essai.

Soufflante, drops et suspense
Le pied de Le Gal donna les commandes à Nevers (9-8, 20e’) mais Aurillac reprit l’avantage sur une pénalité de Thomas Salles, Segonds ayant encore échoué lors d’une tentative de but. Ce fut pourtant l’ouvreur des Stadistes qui assomma encore un peu les Jaunets en claquant un drop, juste après la sirène.
Le voyage aux vestiaires fut salutaire aux Neversois qui, de l’aveu de beaucoup, essuyèrent une terrible soufflante de la part de Xavier Péméja avant de repartir au combat.
Ragaillardis par cette remontée de bretelles maison, les Azur et Or accélérèrent enfin. Le sort leur fila un coup de main, un placage dangereux du troisième ligne aile Giorgi Tsutskiridze sur Jean-Philippe Genevois, envoya le jeune Géorgien au frais pour dix minutes.

La fusée de Ouaga
A un de plus, les Jaunets en profitèrent. Au soutien dans l’axe d’une charge de Raisuqe, Nasoni Naqiri fila à dame sans opposition. Deux minutes plus tard, une échappée de Le Gal, très clairvoyant sur l’action, permit à Théophile Cotte de marquer.
Un deuxième drop de Segonds ramena les belligérants au près (21-17, 52e) avant qu’il ne réussisse deux autres coups de pieds tombés, de façon magistrale.
Menés à leur tour, les Bourguignons lâchèrent les chevaux. Hikawera Elliot, revenu aux affaires après l’intermède Genevois, s’arracha pour servir sur son aile Jean-Yves Zébango. La fusée de Ouaga, malgré le retour en travers de McPhee, plongea victorieusement et l’essai fut accordé après un conciliabule arbitral. En coin, Le Gal ajouta deux points.
A cinq minutes du terme, Aurillac sécurisa un peu plus son bonus défensif, avec une pénalité de Salles. Vu que Bourg était en train de l’emporter 5-0, personne ne se livra plus totalement afin de ne pas obérer le budget du bonheur qui tomba sur la pelouse du Pré-Fleuri pour chacun des deux camps au coup de sifflet final.

Ovalien Dupré