J9 – USON 14 vs 10 Perpignan / la compo


Pas au stade exceptionnellement, hier soir, mais au travail.
Du coup, les amis, vous me pardonnerez si je suis un peu moins précis que d’habitude.
Bonne lecture quand même !

 

Pro D2 – 9e journée
Nevers – Perpignan, 14-10

Hercule a débuté ses travaux

 

SERMOISE-SUR-LOIRE – Jeudi 31 octobre, 20 h 45 – Stade du Pré-Fleuri. Nevers bat Perpignan, 14-10 (5-3). Points-terrain : 4-1. Évolution du score : 0-3 ; 5-3 ; 5-8 ; 5-10 ; 8-10 ; 11-10 ; 14-10. Arbitre : Laurent Millotte (Île-de-France). Juges de touche 1, Jean Lespes ; de touche 2, Denis Daste ; d’en-but 1, Sylvain Bernard ; d’en-but 2, Damien Pscheidt. Arbitre 4 : Jimmy Sauvage. Arbitre 5 : Mickael Perrot. Temps humide, pelouse en excellent état mais glissante, éclairage parfait. 7.373 spectateurs.

Pour Nevers : 1 essai Elliot (31e’) ; 3 pénalités Henry (51e’, 56e’, 63e’).

Pour Perpignan : 1 essai Faleafa (45e’) ; 1 transformation et 1 pénalité (3e’) Écochard. Carton jaune : Roussel (31e’). Carton rouge ; Géli (73e’).

Nevers : 15. Jaminet ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Derrieux, 11. Camou ; 10. Henry (19. Vuillemin, 64e’), 9. Faleali’i (20. Cazenave, 57e’) ; 7. Bastide (cap.) (21. Cotte, 14e’-26e’ ; 69e’), 8. Fraser ; 6. Gibouin ; 5. Ceyte (25. Njewel, 66e’), 4. Bradshaw ; 3. Roelofse (23. Kaikatsishvili, 60e’), 2. Elliot (16. Genevois, 60e’), 1. Lolohea (17. Sénéca, 60e’). Non utilisé : 22. Bolakoro. Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.

Perpignan : 15. Farnoux (16. Velarte, 77e’) ; 14. Pujol (22. Dubois, 55e’), 13. Cocagi, 12. Taumoepeau, 11. Acebes (cap.) ; 10. Rodor (21. Étienne, 66e’), 9. Écochard (20. Deghmache, 55e’) ; 7. Bachelier (19. Brazo, 56e’), 8. Faleafa (7. Bachelier, 66e’) ; 6. Fa’asalele (5. Roussel, 64e’) ; 5. Roussel (18. Eru, m.-t.), 4. Labouteley ; 3. Boutemanni (23. Lemaire, 69e’), 2. Geli, 1. Forletta. Non utilisé : 17. Lotrian. Directeur sportif Christian Lanta ; Entraîneur des avants Perry Freshwater, entraîneur des arrières Patrick Arlettaz.

Neuf matches d’affilée ! Jeudi soir, les Usonistes entamaient leurs travaux d’Hercule par la réception du cyclope catalan, monstre gonflé d’une saison en Top 14, venu sur les bords de Loire frapper un grand coup. Après avoir nettoyé le club de l’infection due au staphylocoque, comme le héros de la mythologie nettoya les écuries d’Augias, en détournant le cours d’un fleuve, les Jaunets se devaient de concentrer toutes leurs forces pour poursuivre l’aventure.

Zack patraque
Les Perpignanais entrèrent mieux que les locaux dans la rencontre. Tom Écochard déflora le tableau lumineux après une faute au sol d’Hikawera Elliot. Et si Hugues Bastide reprit, sur l’aile droite, une envolée de Jean-Bernard Pujol, l’on sentit les Nivernais un peu fébriles.
Une mêlée puis un grattage de Gautier Gibouin replacèrent les Bourguignons sur les bons rails même si leur ouvreur Zack Henry, à côté de la plaque en première période, ne concrétisa aucun de leurs temps forts.

Que l’essai d’Elliot naisse
Le ballon glissant n’autorisa aucune maladresse et, souvent, chaque formation rendit des ballons importants à son adversaire. Appliqués mais sans pouvoir accélérer, les Neversois se heurtèrent au mur défensif sang et or, Rudy Derrieux étant le seul à franchir en deux occasions.
Cette débauche d’énergie visiteuse s’accompagna cependant d’un excès d’indiscipline qui finit par envoyer le deuxième ligne Alban Roussel au frais pour dix minutes. Nevers n’attendit pas pour profiter de cette supériorité numérique et une touche bien captée par Gibouin en premier sauteur, déclencha un maul innarrêtable. L’essai d’Elliot ne fut pas bonifié par le pied gauche d’Henry, de nouveau imprécis.

Des fautes, des fautes, oui mais de Perpi
Les Arlequins de Perpignans repassèrent devant, peu après le retour des vestiaires. Une touche proche de l’en-but azur et or fut convertie par Mickael Faleafa, aplatissant sur la ligne. Avec la transformation d’Écochard, l’USAP prit cinq points d’avance (5-10, 45e’).
Sans s’affoler, les Nivernais repartirent à l’abordage, poussant encore leurs adversaires à la faute. A trois reprises, Henry convertit les pénalités sifflées par Laurent Millotte, remettant le facteur sur le vélo.

 

Rouge fatal
La nouvelle première ligne neversoise redonna un coup d’accélérateur à la domination du pack jaune et bleu, et un tacle de footballeur de Lucas Dubois empêcha Nasoni Naqiri de donner un peu plus d’ampleur au score.
Perpignan se montra à nouveau dangereux, dans les 22 mètres locaux mais un déblayage, casque en avant, de Charles Géli sur Franck Bradshaw qui avait récupéré le cuir au sol, amena le corps arbitral à exclure définitivement le talonneur catalan.
Ce carton rouge scella la défaite perpignanaise, le point de bonus défensif récompensant Mathieu Acebes et les siens d’une prestation courageuse.
Nevers, de son côté, remportait quatre précieuses unités, lançant parfaitement la série de travaux qui l’occupera chaque week-end jusqu’à la fin de l’année.

Ovalien Dupré
(à partir des images de Canal+ Sport)