• J28 – résumé de match

    Pro D2 – 28e journée
    Nevers – Béziers, 15-15

    Insuffisant !

    SERMOISE-SUR-LOIRE – Jeudi 11 avril, 20 h 45 – Stade du Pré-Fleuri. Nevers et Béziers font match nul, 15-15 (9-3). Points-terrain : 2-2. Évolution du score : 3-0 ; 3-3 ; 6-3 ; 9-3 ; 9-6 ; 9-9 ; 12-9 ; 12-12 ; 15-12 ; 15-15Arbitre : Vivien Praderie (Occitanie). Juges de touche 1, Laurent Millotte ; de touche 2, Walter Prache ; d’en-but 1, Sylvain Bernard ; d’en-but 2, Mariano Salazar. Arbitre 4 : Stan Schwab. Arbitre 5 : Mickaël Perrot. Temps frais et sec, pelouse en excellent état, éclairage parfait. 7.500 spectateurs.

    Pour Nevers : 5 pénalités Vuillemin (18e’, 35e’, 38e’), Le Gal (66e’, 74e’).
    Pour Béziers : 5 pénalités Katz (19e’), Dreuille (56e’, 62e’, 70e’, 80e’). Cartons jaunes : Puletua (4e’), Barrère (23e’), Viiga (40e’ + 1).

    Nevers : 15. Le Gal ; 14. Raisuqe, 13. Naqiri, 12. Bolakoro (22. Derrieux, 54e’), 11. Bonvalot ; 10. Vuillemin (21. Urruty, 66e’), 9. Faleali’i ; 7. Quercy (19. Bastide, 54e’), 8. Fabrègue (cap.), 6. Kazubek ; 5. Ceyte (18. Barjaud, 56e’), 4. Bradshaw ; 3. Roeloefse (23. Lolohea, 62e’), 2. Genevois (16. Elliot, 56e’), 1. Mataradze (17. Curie, 62e’). Non utilisé : 20. Jean-Baptiste Manevy. Manager Xavier Péméja ; entraîneur des avants Sébastien Fouassier, entraîneur des arrières Guillaume Jan.
    Béziers : 15. Lapeyre ; 14. Douglas, 13. Puletua, 12. Veau, 11. Ballu ; 10. Kats (21. Dreuille, 54e’), 9. Munilla ; 7. Best (cap.), 8. Viiga (19. Hoareau, 74e’), 6. Barrère ; 5. Tu’ineau, 4. Marie (18. Maamry, 54e’) ; 3. El Fakir (23.  Samaran, 54e’), 2. Marco Pena (16. Esteriola, 54e’), 1. Wardi (17. Fernandes Moreira, 54e’). Non utilisés : 20. Pic, 22. Recor. Entraîneur des avants David Gérard, entraîneur des arrières David Aucagne.

    Les Neversois n’y arrivent plus, eux qui n’ont toujours pas battu les Biterrois depuis qu’ils ont accédé à la Pro D2. Jeudi soir, dans un Pré-Fleuri à guichets fermés, les Usonistes ont montré des limites qui ne peuvent rassurer alors qu’il ne reste plus que deux journées avant les phases finales. A moins que celles-ci n’aient déjà débuté, si l’on en croit la partition livrée en Nivernais par les Héraultais.

    Courte avance
    Pénibles, agressifs, provocateurs, les visiteurs plantèrent le décor d’une rencontre à couteaux tirés. Mais les cartons jaunes infligés à Jordan Puletua, dès la 4e minute, et à Jean-Baptiste Barrère, à la 23e, ne les pénalisèrent pas plus que cela. En effet, à l’issue de ces deux voyages au frigo, les formations étaient à égalité, 3-3. Nicolas Vuillemin avait fait briller son pied droit, de 40 mètres, mais Samuel Katz lui avait répliqué, après un effort de sa mêlée.
    A quinze contre quinze, les Jaunets parvinrent à prendre six points d’avance, Vuillemin faisant mouche deux nouvelles fois.

    Ballon portés
    Quasiment depuis la ligne médiane, l’artificier local échoua d’un rien, juste avant la pause, Béziers ayant encore franchi la ligne blanche et récolté sa troisième biscotte de la mi-temps.
    La reprise ne sourit pas plus aux Bourguignons qui ne profitèrent pas de cette troisième supériorité numérique…
    Béziers avait fait le dos rond, joué les fantômes sur les tentatives de ballons portés des Nivernais et, surtout, bloqué Josaïa Raisuqe. Pris sur leurs points forts, les troupes de Xavier Péméja déjouèrent à plusieurs reprises.

    Kazu très en vue
    Entré à la place de Katz, Victor Dreuille, du haut de ses 20 ans, ramena les siens à hauteur, peu après l’heure de jeu. Si les Neversois tentèrent bien de distancer à nouveau cet adversaire collant comme un chewing gum sous la chaussure, Dreuille se chargea de refroidir l’ambiance.
    Un but de Loïc Le Gal concrétisa une belle charge locale avec Raisuqe à la baguette mais une pénalité obtenue par sa mêlée donna au bombardier de Béziers l’occasion de soigner ses statistiques. Le Gal redonna espoir au Pré-Fleuri après une énorme offensive amorcée par Hugues Bastide et relayée, notamment, par Julien Kazubek, très en vue sur ce match, et David Lolohea. Seulement, dans la foulée d’un premier échec, le héros de l’Hérault égalisa encore, juste avant la sirène.
    Béziers eut même l’extra balle mais l’arbitre coupa court au rêve d’exploit des Biterrois.
    Ovalien Dupré